Code d’éthique et de déontologie

de la Fédération des Professionnels de Gestalt-Thérapie

 

En tant que membre de  la Fédération des professionnels de la Gestalt Thérapie (FPGT), j’adhère à son code déontologique qui est issu de l’EAGT (European Association og Gestalt-therapy).

Ce code définit des principes généraux et établit les normes de conduite professionnelle des praticiens de la psychothérapie en Gestalt-thérapie membres de la FPGT, qui sont responsables de l’observation de ces principes et se doivent de les utiliser comme base d’une bonne pratique plutôt que comme un ensemble d’exigences minimales.

En tant que personne faisant appel à mes services, vous avez la possibilité :

  • de demander des informations concernant l’éthique et la déontologie définie par la FPGT,
  • de déposer un recours, une plainte ou une demande de médiation me concernant.

Ces demandes sont à faire auprès de la commission à cette adresse :

A – Principes éthiques

1. Égalité de valeur entre les individus
2. Respect de la singularité, de la valeur et de la dignité de l’individu
3. Reconnaissance des différences de race, d’extraction, d’ethnicité, de genre, d’identité ou de préférence sexuelle, de handicap, d’âge, de religion, de statut économique ou social et de besoins de spiritualité.
4. Reconnaissance de l’importance de l’autonomie et de l’auto-régulation de l’individu dans le contexte de relations interpersonnelles en contact.

B – Code de pratique professionnelle en Gestalt-thérapie

B.1 Compétence.

B.1.1 Le gestalt-thérapeute n’entreprendra que les tâches pour lesquelles il/elle sait ou devrait savoir qu’il/elle a les compétences nécessaires pour s’en occuper et les accomplir d’une manière bénéfique au processus du client.
B.1.2 Pendant le processus de travail, le/la gestalt-thérapeute découvrant les limites de ses compétences, soit adressera le client à un(e) autre professionnel(le), soit établira une collaboration avec un(e) ou des autre(s) professionnel(s), y compris en s’appuyant sur la supervision pour la mise en œuvre.

B.1.3 Le premier pas de ce processus est la renégociation du contrat d’origine avec le client. Continuer avec le client signifie entreprendre les actions nécessaires pour améliorer la compétence.

B.1.3.1 Le/la thérapeute examine soigneusement si sa compétence correspond au domaine dans lequel le travail thérapeutique doit avoir lieu, de façon à ce qu’il ait lieu entièrement au bénéfice du client. Si le/la gestalt-thérapeute détermine que le contexte, sa structure, ses frontières et les objectifs qui dominent ce champ sont en quelque manière contradictoires ou trop restrictifs pour déployer la compétence nécessaire pour favoriser le processus du client, il/elle s’abstiendra d’entreprendre tout nouveau projet de travail dans ce champ.

B.1.3.2 Le/la gestalt-thérapeute recherche soutien et clarification de ses difficultés concernant une situation problématique dans une pause avec des collègues expérimentés.
B.1.3.3 Le/la gestalt-thérapeute recherche en supervision individuelle ou en groupe, selon le cadre le mieux adapté à la situation, le soutien et à la clarification nécessaires.

B.1.3.4 Le/la gestalt-thérapeute tisse un réseau avec les membres d’autres professions et institutions (y compris d’hospitalisation) afin de disposer de la sécurité diagnostique et thérapeutique nécessaire et de disposer de moyens d’aider le/la client(e) au cas où il/elle atteindrait les limites de ses compétences ou de son cadre.

B.1.4 Le/la gestalt-thérapeute protège son travail et la profession en général de toute action ou projet (conférences, interviews dans les média publics, séminaires) qui ne seraient pas en correspondance avec les standards professionnels acceptés.
B.1.5 Le/la gestalt-thérapeute a recours à la thérapie individuelle en cas de turbulences dans son travail de thérapeute telles que crises personnelles, burn-out, difficultés à préserver les frontières de l’intimité et de la séduction.

B.1.6 L’approche méthodologique et technique dans le processus thérapeutique doit servir les objectifs thérapeutiques et les exigences développementales du client sur lesquels on s’est accordé dans le contrat. Le gestalt-thérapeute est conscient que toute mise en acte, tout particulièrement une mise en actes expressive et cathartique, nécessite une dédramatisation accomplie par un travail détaillé et soigneux.

B.1.7 Dans le cadre de la formation permanente et durant toute sa vie professionnelle, le/la gestalt-thérapeute prend soin d’élargir et approfondir ses compétences professionnelles et personnelles.
Le/la gestalt-thérapeute est ouvert(e) aux développements importants qui affectent ce processus, que ce soit dans le champ de la psychothérapie Gestalt ou dans d’autres champs de recherche et de pratique psychothérapeutique, au bénéfice de ses clients.

B.1.8 Le/la gestalt-thérapeute tient à jour une documentation soigneuse de son travail diagnostic et thérapeutique avec le/la client(e) et respecte les prescriptions nationales sur la durée de conservation des documents et sur les mesures de sécurité exigées. Une documentation soigneuse signifie correspondant au niveau scientifique prévu par les réglementations psychothérapeutiques nationales et adhérant à l’objectivité et à la clarté nécessaires pour rendre la documentation et son contenu compréhensibles pour un(e) autre professionnel(le) de la psychothérapie.

page1image51708096page1image51709248page1image51708288

B.2 Relation client(e)/thérapeute

page1image51709056

B.2.1 La relation client(e)/thérapeute est une relation professionnelle dans laquelle le bien-être du client/de la cliente est la préoccupation principale du/de la thérapeute.
B.2.2 Les gestalt-thérapeutes reconnaissent l’importance de la relation pour l’efficacité de la thérapie et sont conscients du pouvoir, de l’influence et des points de dépendance inhérents à cette situation. Le/la gestalt-thérapeute agit en cohérence avec cette reconnaissance et n’exploite ni n’abuse ses clients financièrement, sexuellement, émotionnellement, politiquement ou idéologiquement pour leur avantage personnel, leurs besoins, ou les intérêts de toute personne ou institution.

B.2.3 Les gestalt-thérapeutes sont conscients que d’autres relations ou des engagements extérieurs peuvent entrent en conflit avec les intérêts du/de la client(e). Quand un tel conflit d’intérêts existe, c’est de la responsabilité du/de la gestalt- thérapeute de l’amener ouvertement dans la relation thérapeutique et de prendre les mesures nécessaires pour résoudre le problème.

B.2.4 Le contact physique dans le processus thérapeutique est exclusivement orienté vers le bien-être du/de la client(e) et nécessite une réflexion professionnelle et un soin particuliers. Dans la gestion du contact physique au cours du processus thérapeutique, le consentement du/de la client(e) est d’une importance primordiale.
B.2.5 Les gestalt-thérapeutes reconnaissent qu’un lien duel tel que : employé, ami proche, apparenté, voisin ou partenaire est incompatible avec le processus thérapeutique.

B.3 Confidentialité

B.3.1 Tous les échanges entre le/la gestalt-thérapeute et le/la client(e) sont considérés comme nécessairement confidentiels, soumis à la clause B7 ci-dessous.
B.3.2 Le stockage des données personnelles des client(e)s, incluant les notes, est soumis aux réglementations légales et professionnelles nationales.

B.3.3 Le/la gestalt-thérapeute prend soin que des informations permettant d’identifier les personnes ne soient pas transmises par des réseaux de relations confidentielles superposés comme la supervision.
B.3.4 Quand un(e) gestalt-thérapeute souhaite utiliser des informations spécifiques acquises au cours du travail avec un(e) client(e) dans une conférence ou une publication, la permission du/de la client(e) sera obtenue et un strict anonymat préservé autour des noms et des données personnelles par ajustement de l’écriture, l’utilisation d’une approche processuelle, l’utilisation de cas composés ou d’un autre collègue comme auteur pour garantir que le/la client(e) ne pourra pas être reconnu(e).

B.3.5 Quand un(e) gestalt-thérapeute souhaite utiliser du matériel spécifique pour des études de cas, des rapports ou des publications, il/elle obtient le consentement du/de la client(e) chaque fois que c’est possible et préserve l’anonymat du/de la client(e).
B.3.6 Les enregistrements vidéos, photos et audio nécessiteront l’accord du/de la client(e) ou l’accord écrit de son représentant légal.

B.3.7 Quand un(e) gestalt-thérapeute souhaite obtenir des données pertinentes au sujet d’un(e) client(e) de la part d’autres professionnel(le)s ou institutions, il/elle respecte le droit de son/sa client(e) tel que défini par la loi nationale. Ceci s’applique aussi à la gestion des données écrites concernant le client.
B.3.8 Un(e) gestalt-thérapeute prend en considération le droit du/de la client(e) à consulter ses données personnelles écrites suivant les réglementations nationales, et fait preuve de discernement dans la gestion de ces documents à l’égard du/de la cliente.

B.3.9 Quand des institutions publiques ou privées, telles que des cours de justice, des compagnies d’assurance etc. demandent des données concernant un client, le/la gestalt-thérapeute respecte les réglementations nationales. Ce faisant, le/la gestalt-thérapeute établit un dialogue avec le/la client(e) et procède de la manière la plus bénéfique au processus thérapeutique.

B.3.10 Quand le/la client(e) est mineur selon la loi, le/la gestalt-thérapeute applique toutes les considérations ci-dessous à la relation thérapeutique. De plus le/la gestalt-thérapeute se conformera aux réglementations nationales et professionnelles concernant l’information aux services de protection de l’enfance en cas d’abus ou d’autres formes répréhensibles de négligence.

B.3.11 Au cas où le/la gestalt-thérapeute aurait un doute ou une préoccupation raisonnable au sujet de la sécurité du/de la client(e) et de son environnement, cela pourrait justifier sa décision d’enfreindre la règle de confidentialité et d’informer les services officiels ou professionnels capables d’intervenir en prévention du danger supposé. Le/la client(e) doit être informé(e) de ces démarches.

B.4 Le contrat avec le/la client(e)/patient

B.4.1 Tout contrat passé entre un(e) gestalt-thérapeute et un(e) client(e) lie les deux parties, qu’il soit écrit ou oral.
B.4.2 Le/la gestalt-thérapeute est clair(e) et ouvert(e) concernant ses compétences, son expertise et son expérience au moment de négocier un contrat thérapeutique avec un(e) éventuel(le) client(e) .

page2image51740672page2image51740864

B.4.3 Le/la gestalt-thérapeute suivra une procédure d’admission compatible avec les procédures d’admission en vigueur là où il/elle pratique.
B.4.4 Tout enregistrement audio ou vidéo, ou observation des séances de thérapie sera discuté et un contrat passé avec le/la client(e).

B.4.5 Tout contrat avec un(e) client(e), qu’il soit écrit ou oral, est explicite concernant les honoraires, les échéances de règlement, le lieu, les interruptions, les séances manquées ou annulées par le/la client(e) ou le/la thérapeute. Les interruptions peuvent être, par exemple, des vacances, des engagements professionnels, une maladie. La durée de la thérapie, le transfert de client(e)s et l’arrêt de la thérapie sont discutés avec les client(e)s et un accord mutuel recherché.B.4.6 En cas de crise personnelle ou de maladie physique, le gestalt-thérapeute s’engagera dans la supervision comme moyen de ré-établissement de la relation professionnelle.

B.4.7 En accord avec la confidentialité professionnelle, le/la gestalt-thérapeute s’assurera que durant la relation thérapeutique il/elle ne communiquera avec aucune personne reliée au/à la client(e), soit intentionnellement soit en ayant connaissance de ce lien, sans l’approbation du/de la client(e).
B.4.8 Tout changement se produisant dans les conditions mentionnées ci-dessus requièrera la renégociation du contrat initial.

B.5 Publicité

La publicité se limitera à des déclarations descriptives des services disponibles et des qualifications de la personne qui les fournit. La publicité n’incluera pas de témoignages, d’affirmations comparatives, et ne sous-entendra en aucune manière que les services proposés sont plus efficaces que ceux fournis par d’autres collègues, d’autres écoles de thérapie ou d’autres organisations. La publicité est soumise aux codes et réglementations nationaux des organisations légales et professionnelles.

B.6 Sécurité

B.6.1 Le/la gestalt-thérapeute prendra toutes les mesures raisonnables pour s’assurer que le/la client(e) ne subisse aucun dommage physique ou psychologique pendant les séances de thérapie et dans l’environnement dans lequel a lieu la thérapie.
B.6.2 Le/la gestalt-thérapeute fournira un espace privé pour les séances de thérapie, qui ne seront ni entendues, ni enregistrées ni observées par qui que ce soit d’autre que le/la thérapeute sans consentement écrit.

B.6.3 Les gestalt-thérapeutes et les institutions doivent s’assurer que leur activité professionnelle est correctement couverte par des assurances professionnelles.

B.7 Circonstances exceptionnelles

B.7.1 Il peut y avoir des circonstances dans lesquelles le/la gestalt-thérapeute doit agir pour protéger le/la client(e) ou son environnement social dans des circonstances où il/elle estime que celui/celle-ci n’a pas assez de maîtrise de soi. Dans ce cas, le/la gestalt-thérapeute cherchera à chaque fois que ce sera possible à obtenir le consentement du/de la client(e) à un changement dans la confidentialité, sauf s’il y a aussi de bonnes raisons de croire que le/la client(e) n’est plus désireux/se ou capable de prendre la responsabilité de ses actions.

B.7.2 En cas de contact avec un(e) client(e) que le/la gestalt-thérapeute considère sujet(e) à des circonstances exceptionnelles, le/la thérapeute demandera au/à la client(e) le nom d’une autre personne qui pourrait être consultée dans un tel cas. Dans cette éventualité, la dérogation au contrat de confidentialité sera limitée aux faits et à la durée strictement nécessaires pour que le/la client(e) reprenne la responsabilité de ses actions sauf nécessité reconnue par une supervision soigneuse du processus thérapeutique.

B.7.3 En cas d’urgence individuelle ou collective (par exemple danger de mort individuel ou collectif, troubles sociaux, guerres, catastrophes naturelles etc.) le/la gestalt-thérapeute considérera le caractère particulier de la situation et préservera l’autonomie du/de la client(e) et la confidentialité professionnelle si les circonstances le permettent.
B.7.4. Le/la gestalt-thérapeute protégera l’autonomie du client / de la cliente et la confidentialité professionnelle dans les cas où le processus psychothérapeutique fait partie d’un processus plus large concernant le bien-être du/de la client(e). C’est en particulier le cas là lorsque le travail psychothérapeutique a été initié sur prescription (travail en hôpital, en institution, travail avec les mineurs, etc.), ou en équipe avec d’autres professionnel(le)s de santé. Le/la gestalt-thérapeute clarifiera les caractéristiques de ce contrat au stade initial du contrat avec ses client(e)s et les autres personnes/professionnel(le)s impliqué(e)s et ne contactera une tierce partie qu’après avoir obtenu le consentement du/de la client(e).

B.8 Gestion du rôle du thérapeute dans la société

B.8.1 Loi.

page3image51741440page3image51741248page3image51741824page3image51742016

Le/la gestalt-thérapeute est informé(e) et conscient(e) des lois nationales qui s’appliquent à sa pratique professionnelle et à la conduite de sa pratique ou institution et prend soin de respecter les prescriptions légales applicables.
B.8.2 Recherche.
Le/la gestalt-thérapeute est ouvert(e) à la coopération et à la contribution au travail de recherche nécessaire au développement professionnel de la thérapie et du diagnostic, et rend ses propres recherches accessibles à la communauté thérapeutique.

B.8.3 Dans son propre travail de recherche, le/la gestalt-thérapeute observe les règles de respect du travail de ses collègues et les droits de reproduction de tout matériel professionnel.
B.8.4 Responsabilité envers les collègues et autres.
Le/la gestalt-thérapeute est responsable de son travail envers ses collègues et employeurs de façon appropriée, en tenant compte avant tout de la nécessité de respecter la vie privée, les besoins et l’autonomie du/de la client(e) et le contrat de confidentialité conclu avec le/la client(e).

B.8.5 Le/la gestalt-thérapeute s’abstient de promouvoir publiquement ou en privé ses services, sa formation et ses qualités professionnelles.
B.8.6 Le/la gestalt-thérapeute respecte les réglementations nationales professionnelles lorsqu’il/elle informe de son activité au moyen de plaques, d’annonces d’ouverture de cabinet dans les journaux, les annuaires téléphoniques et internet.

B.8.7 Le/la gestalt-thérapeute ne doit pas laisser entendre au public qu’un service ou une qualification est disponible alors que ce n’est pas le cas en réalité, car cela priverait le/la client(e) de rechercher l’offre d’un tel service ou d’une telle qualification ailleurs.
B.8.8 Le/la gestalt-thérapeute ne cache pas au/à la client(e) les informations dont il/elle dispose sur la disponibilité ailleurs d’aide et de services professionnels par d’autres collègues ou institutions.

B.8.9 Le/la gestalt-thérapeute respecte, y compris en public, le travail des autres collègues et s’abstient de remarques disqualifiantes à propos des autres modèles théoriques, écoles ou collègues de professions différentes.
B.8.10 Le/la gestalt-thérapeute n’acceptera pas une tâche ou un projet dans lequel un(e) autre collègue(e) est déjà impliqué(e), particulièrement quand il existe un contrat thérapeutique entre le /la client(e) et un(e) autre thérapeute. En cas de doute, le/la gestalt-thérapeute engage un dialogue avec le/la collègue après avoir obtenu le consentement informé du/de la client(e).

B.8.11 Le/la gestalt-thérapeute n’acceptera pas de bénéfices économiques ou personnels pour avoir adressé des client(e)s à un(e) autre collègue ou institution.
B.8.12 Un(e) gestalt-thérapeute qui apprend que la conduite d’un(e) collègue est susceptible de porter atteinte à la réputation de la profession se doit de confronter ce(tte) collègue et/ou son association professionnelle.

B.8.13 Activités nuisibles.
Le/la gestalt-thérapeute ne s’engagera pas dans des activités publiques ou privées qui pourraient porter atteinte à la réputation et à l’éthique professionnelle, et au rôle et à la réputation de la profession elle-même.
B.8.14 Aspects politiques du travail thérapeutique.
Le/la gestalt-thérapeute est conscient(e) des implications sociales et politiques de son travail et des aspects sociaux et politiques qui influencent le contexte de vie de leurs clients.
B.8.15 Études et formation à la psychothérapie.
La formation à la psychothérapie doit informer les étudiants des développements théoriques, méthodologiques et techniques de la psychothérapie en général et de la Gestalt-Thérapie en particulier, d’une manière objective et compréhensible. Les points de vues personnels des enseignants doivent être annoncés comme telles. La formation ne doit susciter aucune fausse attente en particulier en ce qui concerne la reconnaissance de la formation par les autorités nationales, les lois réglementant la psychothérapie et le titre de psychothérapeute et le financement des frais de psychothérapie par les services et assurances de santé.
B.8.16 Les instituts de formation à la Gestalt vérifieront les qualifications, les attentes et les qualités personnelles psycho-physiques des candidats et leur fourniront une information claire et complète sur le crusus et les réglementations internes.
B.8.17 Les instituts de formation à la Gestalt garantiront la qualité de la formation aussi bien en ce qui concerne les compétences spécifiques des formateurs/trices et superviseurs/ses que la cohérence des cursus. Ils établissent un contrôle interne de la qualité de la formation et la mise à jour et des méthodes de formation.
B.8.18 La relation entre les enseignant(e)s et les étudiant(e)s et entre les instituts sera claire et transparente. Les gestalt- thérapeutes formateurs/trices sont conscient(e)s des caractéristiques spécifiques de la relation de rôle entre formateurs/trices et étudiant(e)s et ne mésusent pas de cette relation à leur avantage. Ils/elles sont particulièrement conscients des dimensions de dépendance, idéalisation et estime inhérentes à cette relation. Les instituts de formation fourniront des directives pour guider la relation enseignant(e)/étudiant(e) et un espace où les problèmes peuvent être exprimés et résolus.
B.8.19 Les instituts vérifieront périodiquement si un(e) étudiant(e) a atteint un niveau satisfaisant de formation et fourniront des structures appropriées et transparentes pour ce faire.
B.8.20 Les principes éthiques guidant et régulant la relation client/thérapeute et la gestion du rôle du thérapeute dans la

société s’appliquent également au domaine de l’enseignement et de la formation et aux enseignant(e)s et étudiant(e)s (compétences, confidentialité, questions relationnelles, contractualisation et sécurité).
B.8.21 La thérapie didactique en Gestalt d’un(e) étudiant(e) sera protégée d’éventuelles turbulences liées à la confusion des rôles, par le/la thérapeute enseignant(e) qui s’abstiendra de prendre part à la procédure officielle d’évaluation des progrès et des qualités personnelles de son étudiant(e).

B.8.22 Les instituts contrôlent et s’assurent des normes personnelles, didactiques, cliniques et scientifiques de leur personnel enseignant. Les échanges professionnels entre formateurs/trices, leur supervision et leur formation et développement continus doivent être assurés.
B.8.23 Si le/la gestalt-thérapeute se trouve en conflit entre différentes ou plusieurs positions éthiques et exigences et ne peut résoudre ce conflit lui/elle-même ou à l’aide d’une intervision ou d’une supervision, il/elle s’adresse au comité d’éthique de son institut ou association professionnelle afin d’obtenir les conseils nécessaires.

B.9 Relation avec les ancien(ne) client(e)s


Le/la gestalt-thérapeute reste pleinement responsable des relations avec ses ancien(ne)s client(e)s et étudiant(e)s en 
cours de formation.

B.10 Procédures légales

B.10.1 Tout(e) gestalt-thérapeute membre de l’EAGT, condamné(e) par une cour de justice pour un délit criminel ou a fait l’objet d’une action civile réussie par un(e) client(e), en informera le conseil d’administration de l’EAGT.
B.10.2 Tout Gestalt-praticien en organisations membre de l’EAGT, condamné(e) par une cour de justice pour un délit criminel ou a fait l’objet d’une action civile réussie par un(e) client(e), en informera le conseil d’administration de l’EAGT.

page5image51758208page5image51758016

 

Souscrire à la Newsletter

Souscrire à la Newsletter

Pour recevoir les infos sur les ateliers, soirées, groupes que je propose

Souscription réussie